La pire abomination sur terre (T. Müntzer)


Anselm Kiefer au Grand Palais
Anselm Kiefer, « J’ai vu le pays du brouillard, j’ai mangé le cœur du brouillard », 1997.

La pire abomination sur terre est que personne ne veut prendre fait et cause pour ceux qui sont dans le besoin.

T. Müntzer, « Plaidoyer très bien fondé et réponse à la chair sans esprit qui mène douce vie à Wittenberg et qui, par le vol de l’Écriture sainte, a si lamentablement souillé la pitoyable chrétienté », in Écrits théologiques et politiques ; Lettres choisies (Presses universitaires de Lyon, 1982), p. 124

Quiconque commet le moindre délit doit être pendu, et Docteur Menteur dit : Amen ! Ce sont les seigneurs qui se chargent eux-mêmes de faire des pauvres gens leurs ennemis. Quant à la cause de la rébellion, ils me veulent pas la supprimer. Comment les choses pourraient-elles bien tourner à la longue ? Suis-je un rebelle quand je dis cela ? Eh bien, soit !

Ibid., p. 125

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s